Staking d'ETH2.0

Staker en un clic pour profiter des doubles récompenses en BETH et en MX

Solde d'ETH disponible-- ETH

Solde de BETH disponible-- BETH

Staking d'ETH2.0

Veuillez noter que les ETH stakés ne sont PAS remboursables.

Solde d'ETH disponible--ETH

ToutETH
Échanger du BETH: 0 BETH
Taux de change:1:1

Ce que vous devez savoir pour participer :

1. Selon les règles de la chaîne ETH 2.0, le staking d'ETH est une transaction à sens unique qui ne peut pas être inversée.

2. La période de verrouillage des actifs stakés est estimée être de 1 à 2 ans et le montant total des ETH stakés peut être entièrement converti en actifs principaux du réseau ETH 2.0. Les détails exacts seront déterminés par les développements ultérieurs de l’ETH 2.0. Veuillez faire preuve de prudence et tenir compte des détails susmentionnés lorsque vous engagez vos actifs.

3. BETH n'a pas de prix tant que la transaction n'est pas conclue.

Processus du staking

1. Échange des actifs stakés

Comme preuve de validation de votre participation, MEXC fournira des BETH en échange des ETH stakés sur une base 1:1

2. Trader du BETH

Échangez du BETH contre de l'USDT et vice versa

Trader

3. Minage

Avec la Preuve d'enjeu (PoS), obtenez des rendements en BETH et en MX

Miner

Foire aux questions (FAQ)

Qu'est-ce que l'ETH 2.0 ?

L'ETH 2.0 fait référence à la dernière des quatre étapes du développement de l'ETH, qui sont : Frontier, Homestead, Metropolis et Serenity. Alors que les trois premières étapes sont développées sous ETH 1.0, la quatrième étape marquera le passage de l'ETH 1.0 à l'ETH 2.0, dans lequel le mécanisme de consensus PoW (Proof of Work) sera remplacé par le mécanisme de consensus PoS (Proof of Stake).

Pourquoi la nécessité de passer à l’ETH 2.0 ?

1. Améliorer la scalabilité

Il s'avère que l'ETH1.0 ne peut assurer qu'environ 15 transactions par seconde. Lors de la mise à niveau vers l'ETH2.0, il y aura 64 segments (ou peut-être plus à l'avenir), ce qui, en théorie, permettra au réseau d'effectuer des milliers, voire des dizaines de milliers de transactions par seconde. Ainsi, l'ETH2.0 pourra résoudre le problème de la puissance de calcul trop centralisée dans le réseau de base et d'améliorer davantage la scalabilité.

2. Durabilité environnementale

Actuellement, l'ETH utilise toujours le mécanisme de consensus PoW (Proof of Work) classique pour gérer et maintenir la cybersécurité. Bien que le modèle PoW présente certains avantages pour assurer la sécurité et un certain degré de décentralisation, les nœuds pour le maintien de la cybersécurité sont encore très coûteux. Un seul nœud trouvera la valeur de hachage correcte et obtiendra ainsi les droits comptables et les récompenses. Cependant, tous les autres nœuds participants auraient consommé beaucoup de puissance de calcul. Ce modèle est non seulement inefficace, mais il constitue également un gaspillage de ressources environnementales. Une fois le mécanisme de consensus PoS (Proof of Stake) sera mis en place, l'ETH ne dépendra plus de grandes quantités de puissance de calcul et d'électricité pour maintenir et faire fonctionner le réseau, et s'appuiera plutôt sur la méthode de staking de la cryptomonnaie pour créer des blocs et des transactions sur la chaîne.

Feuille de route du développement de l’ETH2.0

Tout comme l'ETH1.0, l'ETH2.0 sera divisé en plusieurs phases. Les plus importantes sont les trois premières phases : Phase 0, Phase 1 et Phase 2.

Phase 0 : la Beacon Chain

La Beacon Chain sera introduite dans le réseau ETH2.0 en phase 0. Il s'agit d'une toute nouvelle blockchain qui est chargée de gérer les validateurs participant au système de staking afin de faire fonctionner et de maintenir le réseau. Elle est le centre de commande et de contrôle de l'écosystème ETH2.0.

Dans cette phase, le réseau ETH2.0 ne supporte pas les contrats intelligents, les transferts d'actifs et d'autres fonctions, et ne peut assurer que le fonctionnement des procédures de vérification, ce qui veut dire que les utilisateurs ne pourront pas transférer leurs actifs sur la plateforme pendant cette phase.

Phase 1 : le Sharding

L'objectif principal de la Phase 1 est d'intégrer les chaînes de fragments (shard chains). Au cours de cette phase, l'ETH1.0 et l'ETH2.0 seront fusionnés. La chaîne de fragments est un mécanisme d'expansion du réseau ETH, c'est-à-dire que la blockchain ETH sera divisée en 64 chaînes différentes, les tâches de traitement des données étant assignées à plusieurs nœuds, afin d'être traitées en parallèle. On pourrait comparer les chaînes de fragments aux voies de déviation de la route principale du réseau ETH, permettant de considérablement améliorer la capacité de traitement du réseau et d'augmenter le débit. Voir la feuille de route du sharding.

Phase 2 : l'Exécution

À l'heure actuelle, la définition et la fonction de la Phase 2 sont encore en cours de révision, ce que l'on sait actuellement est le suivant : la fonctionnalité des chaînes de fragments sera entièrement améliorée dans la Phase 2, et chaque fragment gérera une machine virtuelle (EVM) basée sur l'eWASM (l'ETH WASM). Elles seront compatibles avec les contrats intelligents, et prendront en charge les transferts, les retraits d'argent, les transferts entre fragments et d'autres fonctions. Dans cette phase, l'ETH1.0 finalisera également sa fusion avec l'ETH2.0 en mettant définitivement fin à l'utilisation du mécanisme de consensus PoW (Proof of Work).

example

Source de l'image : https://eth2.ethereum.cn/

L'eWASM (l'ETH WASM) est la solution apportée par l'ETH2.0 au problème de goulot d'étranglement causé par la machine virtuelle d'Ethereum (l'EVM). L'EVM est responsable de l'état interne du réseau ETH et de tous ses calculs. Elle a un impact significatif sur la vitesse d'exécution des tâches et la disponibilité de l'ensemble du réseau. L'eWASM est un format ouvert conçu par le groupe communautaire W3C et développé par des ingénieurs de haut niveau issus de sociétés telles que Google, Microsoft et Apple. Il prend en charge les langages de programmation traditionnels tels que C/C++ et le traitement de données 64 bits, ce qui permet d'améliorer la vitesse de traitement et le débit du réseau, ainsi que la sécurité et la disponibilité.

Comment devenir un validateur d'ETH2.0 ?

Pour devenir un validateur, l'utilisateur doit d'abord déposer 32 ETH dans le contrat de dépôt https://etherscan.io/address/0x00000000219ab540356cBB839Cbe05303d7705Fa#tokentxns, puis exécuter simultanément les clients ETH1.0 et ETH2.0. Après être devenu un validateur, le nœud doit fonctionner en ligne pendant de longues périodes. Chaque validation d'un bloc réussie donne lieu à une récompense en ETH, avec un rendement annuel d'environ 5-10%. Toutefois, si la validation a échoué en raison d'une déconnexion, la tâche assignée par le réseau ETH par le biais de la Beacon Chain sera condamnée à une amende et les 32 ETH du validateur seront confisqués pour validation malveillante.

Le transfert d'ETH dans le contrat de dépôt est une transaction irréversible. Avant que les transferts sortants ne puissent être effectués, une période d’attente de deux ou trois ans peut être nécessaire pour que l’ETH2.0 atteigne la Phase 1 et soit réellement en mesure de réaliser des fragments et des contrats intelligents. Cela signifie que le validateur devra supporter le risque de ne pas pouvoir retirer ses fonds pendant au moins 2 ans. De plus, une fois que l’ETH est staké dans la Beacon Chain, des BETH seront générés et ne pourront pas revenir à la chaîne primaire d’ETH1.0. Cela signifie également que si l'ETH2.0 échoue dans le processus de mise à niveau, l’utilisateur peut subir des pertes d’actifs importantes. Par conséquent, il n’est pas recommandé aux utilisateurs généraux de devenir des validateurs.

Retour en haut